RespectDesEngagements 03

Signez la pétition - Salaires et carrières : l’État doit respecter ses engagements !

alaires et carrières : l'État doit respecter ses engagements !

Non à un pouvoir d’achat gelé pour les agents publics !
Non au report des mesures PPCR (Parcours Professionnels Carrières Rémunérations) !

" Je demande solennellement au Président de la République et au Premier ministre de ne pas revenir sur les promesses et engagements pris concernant le pouvoir d’achat des agents publics.

Avec l'UNSA, j'exige que la revalorisation des salaires et des carrières prévue par le protocole PPCR soit respectée, ainsi que son calendrier de mise en œuvre.
J'exige également le gain de pouvoir d’achat promis pendant la campagne électorale en compensation de la hausse de la CSG.

De plus, je dénonce le gel du point d'indice, le rétablissement du jour de carence et les baisses d'effectifs annoncées."

La pétition est ici

Iunsa17

A l'heure du premier groupe de travail sur l'étude des conséquences de la hausse de la CSG pour les agents publics prévu mercredi 13 septembre, l'UNSA Fonction Publique communique ses priorités pour les discussions avec les employeurs publics. Préserver et améliorer le pouvoir d’achat des agents publics alors que la hausse de la CSG est annoncée pour le 1er janvier prochain.

L’UNSA-FP estime que non seulement, les agents publics (titulaires comme contractuels) ne doivent pas voir leur feuille de paye diminuer. Au contraire, comme le président de la République le leur a écrit le 12 avril dans une lettre lorsqu’il était candidat, leur pouvoir d’achat doit augmenter.

barometreunsLa 5e édition du Baromètre UNSA des métiers de l’Éducation montre clairement que tout au long de ce quinquennat, seulement un quart d’avis positif aura été exprimé sur les choix politiques faits dans leur secteur. Ce jugement sévère est sans doute dû à la dégradation des conditions de travail et du pouvoir d’achat qui a marqué la période 2002-2012 et que les 5 dernières années n’auront pas compensées malgré les avancées (postes, PPCR*, dégel du point d’indice, ISAE…). S’ils restent massivement amoureux de leur métier (92,9%), les personnels ne sont plus que 77,2% à trouver qu’il a du sens. Ils ne sont que 41,2% à estimer que leurs conditions de travail sont satisfaisantes et seulement 15,1% pensent qu’elles se sont améliorées au cours de la dernière année. Les carrières et le pouvoir d’achat restent les deux autres préoccupations majeu res. Pour l’UNSA Éducation, face à ce malaise durable et profond, il est indispensable que les récentes avancées obtenues soient non seulement maintenues mais que d’autres s’y ajoutent.
Les 10 questions posées sur l’élection présidentielle démontrent que nous ne sommes plus, comme il y a 30 ans, face à un « bloc » des personnels de l’Éducation. Nous pouvons néanmoins en tirer plusieurs enseignements.

La 4èmbarometree édition du « baromètre UNSA des métiers de l’Éducation » a recueilli plus de 25 000 répondants. Elle confirme les résultats des années précédentes : les professionnels de l’Éducation aiment leur métier (93,5%). Ils sont heureux de l’exercer (83%). Un peu moins d’un sur deux (46,4%, en progression par rapport à 2015) se sentent reconnus et respectés. 25,9% des répondants, en légère progression, expriment un accord avec les choix politiques faits sur nos secteurs. Les variations globales sur l’ensemble du baromètre sont relativement faibles sur 3 ans. L’actualité vive ne se répercute pas sur les réponses, y compris dans les questions ouvertes. En revanche, des écarts assez nets existent entre les enseignants et les autres personnels ainsi qu’entre les femmes et les hommes.

Sous-catégories

 

                           sniteat