senatLa partie concernant l'enseignement agricole débute page 53.Vous pouvez y découvrir de nombreuses informations. A noter page 100 le regard du ministre de l'éducation nationale :

Jean-Michel Blanquer, ministre. - Je suis admiratif de l’enseignement agricole : il est inspirant et fonctionne bien. Ces établissements ne relèvent pas de mes compétences. Il est toutefois normal qu’existent des passerelles et des convergences entre mon ministère et celui de l’agriculture en ce domaine. Vous avez évoqué la réticence, observée notamment à la fin de la troisième, à orienter vers ces établissements. Celle-ci ne s’inscrit certainement pas dans une politique officielle et je ferai en sorte d’y mettre fin. Comme l’apprentissage, l’enseignement agricole doit être en bonne place dans le choix des élèves. Je suis prêt à m’engager en ce sens et à soutenir les passerelles entre toutes les formations, toutes ces voies ayant une égale dignité.  Les responsables de l’enseignement agricole ont bien été associés aux premières concertations sur la réforme du baccalauréat, qui viennent de débuter.  Le développement de cet enseignement, qu’il soit privé ou public, n’est nullement entravé. Les augmentations budgétaires dont il bénéficie sont comparables à celles prévues pour l’éducation nationale.

Dans les pages suivantes vous trouverez beaucoup d'infos: exemple l'interdiction du téléphone portable.

 

                           sniteat