- Nous ne sommes pas une organisation politique, mais une organisation syndicale ouverte à toutes les personnes partageant nos valeurs et notre approche du syndicalisme.

- Nous apportons une information plurielle à tous les agents syndiqués ou non syndiqués, en utilisant au mieux tous les moyens à notre disposition : moyens informatiques, papiers, ou dans le cadre de visites, pour que le plus grand nombre en bénéficie (pourquoi l'information serait-elle réservée à un petit groupe siégeant dans différentes instances ?)

- Nous défendons tous nos collègues (notamment les plus précaires) en essayant de trouver des solutions à leurs problèmes. Pour aboutir, nous exploitons au mieux les textes administratifs disponibles, pas toujours appliqués, et, éventuellement, nous créons le rapport de force nécessaire, ou nous saisissons les tribunaux administratifs.

- Nous sommes très attachés au maintien de l’enseignement agricole au sein du Ministère de l'agriculture, à la différence des positions prises par d’autres organisations syndicales, , mais nous ne refusons pas des collaborations « intelligentes » avec le Ministère de l’Education Nationale. Notamment, nous sommes favorables aux détachements (EN vers Agriculture et inversement), et nous ne sommes pas opposés aux compléments de service si nécessaires entre les deux ministères.

- Nous voulons contribuer à l’élaboration d’un véritable projet pour le système éducatif du Ministère de l’Agriculture, et nous sommes ouverts au dialogue et à la discussion. Nous voulons être une force de proposition pour l’améliorer car, la société, l'Europe et le monde évoluant, des adaptations s’imposent. Dire non à tout serait irresponsable. Il faut proposer à tous de nouvelles perspectives aux équipes éducatives, et proposer aux jeunes, aux apprentis et aux adultes en formation des choix de formation, de qualifications diversifiés dans nos établissements.

- Nous n’acceptons pas de subir les orientations syndicales des organisations syndicales majoritaires. Nous voulons pouvoir débattre, en intersyndicale, de toutes les questions relatives à l’avenir de l’enseignement agricole. Dans les instances de concertation (CNEA, CREA, CTP, etc.), nous sommes ouverts aux positions et/ou actions intersyndicales, à condition qu’elles soient discutées bien amont. Chaque fois que nous le pouvons, dans les instances de type CTPR, CREA (où nous siégeons, et ou une organisation syndicale n'est pas représentée), nous lui offrons la possibilité de siéger à nos côtés en tant qu'expert, car nous sommes favorables à la pluralité syndicale.                                                     

- Nous sommes contre la centralisation syndicale excessive : nos sections locales SEA-UNSA sont autonomes pour réagir par elles mêmes aux problèmes locaux qu’elles rencontrent.

- Nous sommes pour un syndicalisme au plus proche des adhérents, fondé principalement sur le bénévolat. Nous rendons compte à nos adhérents des décharges syndicales dont nous disposons.

Nous formons les adhérents pour que soit assuré le renouvellement régulier de nos responsables syndicaux qui siègent dans les instances de concertation. Le Conseil Syndical National du SEA veille à cette démarche.

- Nous nous engageons dans des combats syndicaux, mais nous refusons les appels à la grève à répétition, sans réelle portée, et qui révèlent souvent les faiblesses du syndicalisme.

- Nous avons décidé d'ouvrir notre organisation syndicale à tous les corps de métier lié à l'enseignement agricole, y compris aux personnels de direction.

- Nous voulons faire évoluer notre jeune organisation syndicale, et la développer en créant des sections syndicales d’établissement, et en présentant, partout où cela est possible, des listes pour les prochaines élections des représentants des personnels dans les Conseils d’Administration et les Conseils Intérieurs des établissements scolaires agricoles publics.

Nous pensons que seule la pluralité syndicale est garante de la démocratie.

 

                           sniteat